Portrait de b<>comien : Rencontre avec Nicole Le Minous

Dans cette nouvelle rubrique, nous vous proposons de partir à la rencontre de b<>comiens qui ont souhaité nous parler de leur vie à l’IRT. Pour cette première édition, nous avons rencontré Nicole Le Minous, Chef de projet chez Orange et mise à disposition 3 à 4 jours par semaine chez b<>com.

Parle-nous de ton parcours

De formation INSA, je travaille chez Orange depuis plus de 20 ans. Actuellement, je suis Chef de Projet pour la TV d’Orange sur le volet amélioration du son sur les décodeurs TV. Je suis mise à disposition chez b<>com depuis tout juste un an dans le laboratoire Interactions Immersives.

Peux-tu nous présenter ton travail et les équipes du labo ?

J’ai intégré b<>com pour travailler sur des problématiques de Réalité Virtuelle et Augmentée. Un de nos objectifs est d’identifier et de lever les verrous techniques autour de ces technologies. Sur la partie Réalité Virtuelle, nous réalisons actuellement une maquette pour tester l’immersivité. Sur le projet de Réalité Augmentée que j’encadre, nous travaillons principalement à la réalisation ou à la normalisation de briques et souhaitons fédérer autour de la thématique des entreprises issues de tout secteur : maison intelligente, industrie, santé, architecture… Les profils au sein du laboratoire sont très hétérogènes en termes d’âge, d’expérience mais aussi de métier. Dans le même laboratoire, collaborent ingénieurs R&D, docteurs, développeurs et graphiste, qu’ils soient mis à disposition ou employés b<>com. Nous travaillons également très régulièrement avec les ergonomes du laboratoire Usages & Acceptabilité.

Une partie des équipes du laboratoire Interactions Immersives en pleine démonstration.

Quels sont pour toi les bénéfices du modèle b<>com ?

Clairement, le partage de savoirs et d’expériences. Si on prend l’exemple du projet de Réalité Virtuelle sur lequel je travaille, l’équipe est pluridisciplinaire et issue d’horizons divers. Aussi, les connaissances des uns et des autres sur le sujet sont très hétérogènes. Alors que certains sont déjà très calés sur la technologie, les autres apportent leurs compétences sur le codage son, le codage vidéo ou les réseaux par exemple. La coopération va permettre aux personnes mises à disposition de contribuer au projet tout en acquérant de nouvelles compétences dont ils pourront faire profiter leur entreprise d’origine. Par exemple, je prépare actuellement une présentation autour de la réalité virtuelle et augmentée pour Orange car ces technologies intéressent aussi les équipes TV.

Quelles différences culturelles entre Orange et b<>com as-tu pu percevoir ?

Deux me viennent spontanément à l’esprit. Tout d’abord la proximité que nous avons avec les décideurs chez b<>com. La taille humaine de l’IRT permet en effet une lourdeur hiérarchique moins importante que dans des grosses entités comme Orange où il est plus rare de rencontrer les Directeurs dans le couloir ! L’agencement des locaux est aussi très différente. Là où les bureaux sont très cloisonnés chez Orange, tout est en format Open-Space chez b<>com. Même si cela peut un peu freiner au début, on se rend aussi compte que cette configuration est favorable à l’échange et la collaboration.

Si on tire un premier bilan de ton expérience au bout d’un an ?

Travailler chez b<>com m’a apporté une véritable bouffée d’oxygène. Au-delà des nouvelles compétences que j’ai pu acquérir, j’ai eu l’occasion de découvrir une nouvelle organisation, de nouvelles personnes et surtout une vision plus long terme et du coup plus libre dans le lancement de nouveaux projets. Cela demande un peu d’organisation au début et le réflexe d’ouvrir deux boites mails chaque matin mais globalement l’expérience est très positive et donne une nouvelle motivation. Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas d’autant qu’il est plus qu’agréable de déjeuner sur le rooftop de b<>com le midi !