SATIS 2016 : La Réalité Virtuelle au coeur des préoccupations

Le Salon des Technologies de l’Image et du Son (SATIS) a ressemblé du 15 au 17 novembre les experts francophones de l’industrie des technologies audiovisuelles. Près de 12 000 professionnels de la télévision, la radio, le web, le cinéma et l'événementiel étaient présents pour échanger autour des nouvelles solutions technologiques du secteur. Les experts b<>com étaient sur place et partagent avec nous les tendances de cette édition.

Une place prépondérante pour La Réalité Virtuelle

Cette année le SATIS proposait un espace entièrement dédié à la réalité virtuelle (VR) et aux expériences audiovisuelles immersives. Si les stands présentaient très peu de nouveautés en termes de matériel de prise de vue et de son, l’innovation se trouvait plutôt dans l’inventivité des démonstrations proposées par les studios de création de contenus VR. Une expérience de wingsuit (expérience de vol avec une combinaison munie d’ailes) virtuel était notamment possible sur le stand de DigitalImmersion. Quelques pas plus loin, la société VRSPACE (en collaboration avec Kodak) proposait une balade à vélo virtuelle avec vision à 360°.

Expérience de wingsuit sur le stand de DigitalImmersion

Audio pour la Réalité Virtuelle : une offre insuffisante pour satisfaire la demande

Un constat s’impose : la qualité de l’expérience audio proposée par les démonstrations en Réalité Virtuelle du SATIS était plutôt décevante. Il y a plusieurs explications à cette situation. En premier lieu, beaucoup d’acteurs du secteur n’ont pas encore pris la mesure de l’importance du son dans l’expérience VR. Par ailleurs, l’audio est desservi par l’absence relative d’outils de design sonore et de mixage spécifiques aux expériences VR/360. Alors que l’on assiste à un engouement sans précédent pour la VR, beaucoup de professionnels de l’audio sont finalement assez démunis devant le défi que représente la création de contenus immersifs, comme en témoignait l’affluence à la table ronde organisée sur le thème « le son pour la vidéo 360 ».          

Table ronde « le son pour la vidéo 360 ». De gauche à droite : N. Epain (b<>com), G. Nicolas (Spheric), R. Diebold (Innervision) et B. Stefani animent la table ronde.

Antoine Bernard, Twitter

Ingénieur du son : un métier en mutation

De cette table ronde se dégage l’impression que les métiers d’ingénieur du son et de designer sonore sont bousculés par les formes de média émergentes. Nouvelles façons de représenter les contenus audio, sous forme d’objets ou de « scènes » (formats ambisoniques), difficultés de la prise de son et du monitoring, les formats VR poussent les professionnels de l’audio à repenser leurs techniques. Pour autant nombre d’entre eux paraissent enthousiastes à l’idée d’explorer une nouvelle dimension du son, ce qui explique sans doute le succès du Forum International du Son Multicanal (FISM) qui tenait sa 19ème édition en parallèle au SATIS.