MWC 2017 : des évolutions technologiques plus qu’une révolution

Le Mobile World Congress, rendez-vous annuel incontournable pour les acteurs de la téléphonie mobile, a attiré, cette année encore, un nombre record de participants. Près de 110 000 personnes, originaires de 208 pays et territoires du monde entier, étaient présentes pour découvrir et échanger autour des nouveaux terminaux mobiles, standards de connectivité, équipements de test et applications des réseaux du futur. Le MWC progresse d’année en année et se transforme progressivement en « CES de la mobilité ».

b<> com exposait pour la première fois dans le Hall IoT, et les équipes b<>com ont dévoilé deux démonstrations exclusives :

  • b<>com *Wireless Library* [Wireless DFE]: composant multi-standards offrant des performances de réjection de bruit exceptionnelles grâce à des techniques de traitement numérique de pointe. Pour en savoir plus.
  • b<>com *Unifier GW*: une passerelle convergente LTE/WLAN s’appuyant sur les technologies SDN et NFV. Pour en savoir plus.

b<>com représentait sur son stand le projet européen 5G Ensure et ses partenaires : VTT, Thales, Nokia, Ericsson, IT innovation, NEC, Nixu cybersécurity, Orange, SICS, Thales Alenia, Telecom Italia, Trust-IT Services, University of Oxford.

Au-delà des incontournables effets d’annonces médiatiques notamment pour les smartphones (pour 2017 : projecteur Xperia Touch qui transforme tout support en écran tactile, lancement par Sony du premier smartphone 4K HDR et come back du Nokia 3310), nos experts sur place retiennent trois grandes tendances :

Des promesses pour la 5G

A l’instar de Nokia, qui a profité de l’événement pour annoncer sa première plate-forme 5G (nommé « 5G First ») ou Orange qui promet une commercialisation de la 5G pour 2020, les annonces 5G se multiplient sans être nécessairement convaincantes. Il s’agit plus d’un lancement marketing que de la préparation du déploiement. Ceci dit, cela n’a rien d’anormal compte tenu du fait que la standardisation est toujours en cours au 3GPP et que le passage à la 4G n’est pas encore amorti chez les opérateurs. Dans sa conférence de presse, l’Europe et le 5G-PPP expliquaient vouloir expérimenter la 5G dans la vraie vie (par rapport à l’Asie qui l’expérimentera successivement lors des jeux olympiques d’hiver en Corée en 2018 et d’été au Japon en 2020) et présentaient des villes comme Amsterdam ou Turin qui avaient la volonté de se lancer dans le test. Mais il ne s’agit pour l’heure que d’une ambition. L’automobile ou plus généralement les transports constituent un des cas d’utilisation de la 5G : la voiture autonome est souvent mis en exergue mais d’autres supports comme le transport maritime pourrait s’avérer plus prompts à franchir les phases d’expérimentations.

Ça bouge côté IoT !

En 2016, l’EC-GSM (extended coverage) était mis en avant au MWC. Après un an et des résultats d’expérimentation décevants, c’est désormais le NB-IoT (Narrow-Band) qui occupe le devant de la scène. Celui-ci vient d’être standardisé et est déjà en cours d’expérimentation par plusieurs opérateurs (dont Vodafone) avec principalement le support de l’équipementier Huawei. D’autres opérateurs croient forts dans la technologie LTE-M ou LTE-MTC (pour Machine Type Communication), évolution en cours de définition de la 4G-LTE pour l'internet des objets. Le groupe français Orange s’est d’ailleurs joint à huit grands opérateurs (Telefonica, NTT Docomo, AT&T, Verizon) pour pousser cette technologie. Elle pourra être disponible à travers une mise à jour logicielle de l’infrastructure réseau 4G. La question est de savoir si cette solution tiendra ses promesses, en termes de performances, d’efficacité énergétique et de prix face aux technologies type LoRa, Sigfox ou Ingenu. Sur la thématique IoT, Sigfox a également fait parler à travers l’accord qu’il vient de signer avec Telefonica qui utilisera son réseau pour déployer des offres IoT. Un contrat portant sur "plusieurs millions d'objets". Pour illustrer les atouts de son standard, Sigfox a d’ailleurs profité du MWC pour annoncer qu’il allait connecter, via sa fondation, des rhinocéros africains afin de les protéger du braconnage. Sur l’IoT, la tendance serait donc à une segmentation du marché par solution technologique, sans pouvoir prédire aujourd’hui si toutes les technologies seront pérennes.

Les constructeurs automobiles veulent leur part du gâteau

Comme au CES 2017, où la voiture autonome fut un thème fort, beaucoup de véhicules étaient présentés sur le salon. Plusieurs marques ont d’ores et déjà annoncé des collaborations avec les opérateurs pour l’équipement en technologies mobiles 4G. On peut par exemple citer Peugeot, Volkswagen Mercedes ou encore Ford. À partir de 2018, tous les véhicules de ce dernier à destination de l'Europe intégreront d’ailleurs un modem 4G/LTE avec hotspot Wi-Fi, fruit d'un partenariat avec l'opérateur Vodafone.

Stand Peugeot

Parmi les autres thématiques phares de l’édition 2017, on notera également l’intelligence artificielle et l’impact des assistants virtuels ou des chatbots sur l’évolution des produits et services des industriels.