MWC 2014 : les grandes tendances

b<>com
Avec ses 75.000 visiteurs, 240.000 mètres carrés d'expositions et 1200 hotspots Wi-Fi, le Mobile World Congress a une nouvelle fois fait l'événement. De retour de Barcelone, nos trois envoyés spéciaux b<>com décryptent les grandes tendances technos de cette édition 2014.

Objets connectés

Dans la lignée du CES début janvier, le MWC 2014 confirme l'essor des objets connectés avec deux composantes fortes : l'Internet des objets et la communication de machine à machine. Ces objets connectés constituent désormais un écosystème personnel de communication et de services qui va plonger l'utilisateur dans une version augmentée de sa relation à la réalité. Pour répondre à cette transformation profonde des usages, opérateurs, industriels et équipementiers rivalisent d’idées. Surveiller son animal domestique, mesurer son activité physique, conduire tout en menant une visioconférence, transmettre son taux de glycémie à intervalles réguliers ou encore travailler en toute sécurité dans une centrale électrique grâce à des vêtements intégrant des capteurs : il faudra faire le tri entre l'usage utile à notre quotidien et le gadget agaçant !

Densification des réseaux

Pour supporter la connectivité de ces milliards d’objets d’ici 2020, les réseaux devront supporter de plus en plus de débit et offrir à l'utilisateur une connectivité « Any Time, Any Where and on Any Devices and any Content» (ATAWADAC). Pour répondre à ce défi, les réseaux vont évoluer à plusieurs niveaux.

  • Les réseaux radio proposeront plus de débit sur l’interface air en :

- déployant des réseaux plus denses (small cells, femto), - faisant coexister les systèmes 3G/4G et WifI, - utilisant de l’agrégation de bandes de fréquences, - et en déployant le plus rapidement possible les évolutions des standards : WiFi haut débit jusqu’à 600Mbits/s avec le 802.11ac, la diffusion vers les mobiles avec l’E-MBMS du 3GPP, la communication inter-véhicule avec le 802.11p sans oublier les prémisses de la 5G.

  • La densification des réseaux exige de gérer plus intelligemment les interférences entre usagers, cellules et systèmes. Cette intelligence sera intégrée aux objets mais surtout à l’allocation des ressources des stations de base et points d’accès. De manière à empêcher les congestions au niveau du réseau et de réduire la latence dans l’accessibilité aux usages, les fonctions réseaux seront déportées de l’antenne et regroupées de manière à mieux traiter les interférences et les allocations de ressources de l’ensemble des stations de base.

Virtualisation et orchestration des réseaux

L’explosion des usages et des services va induire une demande croissante en capacité, en consommation d’énergie et en complexité des réseaux. Les opérateurs de réseaux et de services vont faire face à une complexité croissante des architectures et de la gestion bout-en-bout des infrastructures et de la qualité de service. Afin de réduire significativement les coûts d'investissement et rendre le réseau plus souple et dynamique, les acteurs industriels (Cisco, Ericsson, NSN, Juniper, Alcatel-Lucent…) se positionnent sur la virtualisation de fonctions réseaux. Ils visent ainsi à banaliser l’infrastructure hardware pour y déployer les routeurs et gateways dans des machines virtuelles. Alors que certains équipementiers présents au MWC affichent leurs réticences, d’autres acteurs importants sont prêts à passer au tout virtualisé d’ici la fin d’année, en particulier pour les éléments constituant le cœur de réseau mobile. La virtualisation représente également une opportunité pour les acteurs IT (IBM, HP, Citrix,…) de valoriser l’expérience du Cloud et d'ouvrir de nouveaux marchés. Les enjeux se déplacent incontestablement vers des besoins d’orchestration du réseau. Cela consiste à piloter le déploiement et la configuration des machines virtuelles et du réseau programmable à travers un outil global qui devra pouvoir s’interfacer efficacement avec les SI opérateurs. Le réseau va ainsi devenir une plateforme distribuée et ouverte qu’il sera possible de valoriser suivant une approche « as a service ».   En conclusion, le MWC confirme la révolution du marché "Telco". Pendant que Yan Koum annonce la fourniture prochaine de services voix par WhatsApp, bouleversant ainsi l’ordre établi sur ce marché historique, Marc Zuckerberg appelle à un accès gratuit à Internet, avertissant les opérateurs télécoms que la révolution est en marche. Timotheus Höttges, directeur général de Deutsche Telekom, prône une coopération entre les OTT et les opérateurs. Le monde des réseaux est en pleine mutation ! Cet article a été rédigé en collaboration avec Philippe Bertin, Rodolphe Legouable et Xavier Priem.