Avancées et challenges de la Médecine Augmentée : Rencontre avec Laurent Launay, Responsable de Labo

Du 16 au 18 mai dernier, la communauté médicale s’est retrouvée à la Paris Healthcare Week, salon professionnel leader des sujets IT appliqués à la santé. Ces dernières années, le numérique a pris une place prépondérante dans le secteur médical et les technologies ne cessent d’évoluer. Eclairage avec Laurent Launay, récemment nommé Responsable du Laboratoire Médecine Augmentée chez b<>com.

Quelles sont les dernières grandes avancées de la médecine augmentée ?

Ces vingt dernières années, les technologies d’imagerie médicale ont subi une accélération considérable, marquée notamment par la transition vers le numérique, l’apparition du scanner multi-barrettes, le développement de l’imagerie fonctionnelle (IRM et TEP), ou encore les progrès de l’imagerie échographique tridimensionnelle. Ces évolutions ont été accompagnées d’une très forte croissance des techniques de traitement d’images, conséquence des progrès de l’informatique. L’utilisation d’outils de visualisation 3D avancée, de segmentation et de fusion d’images, ou parfois de détection automatique de lésions, fait désormais partie du quotidien des radiologues.

Le monde de la chirurgie a également subi une forte transformation avec l’émergence de systèmes de chirurgie assistée par ordinateur. Aujourd’hui, de nombreux hôpitaux dans le monde sont équipés de systèmes robotiques permettant d’assister les gestes médicaux pour des procédures en urologie ou chirurgie digestive par exemple.

Comment peut-on imaginer l’évolution de la médecine augmentée ?

Dans les prochaines années, les outils de traitement d’images vont continuer de se développer avec toujours plus de puissance et de fiabilité. L’application des techniques d’Intelligence Artificielle telles que le « Deep Learning », combinée à une puissance de calcul accrue va apporter une nouvelle dimension. Le bouleversement est tel que des algorithmes commencent déjà à surpasser les radiologues pour certaines tâches de lecture d’images, le diagnostic final restant cependant du ressort du radiologue. Dans le futur, on peut donc s’attendre à une place accrue de la machine dans le processus médical, avec une probable redéfinition du rôle du radiologue et un essor de la chirurgie robotisée. Une autre évolution importante à venir est l’émergence des techniques de réalité virtuelle dans le domaine médical. Celles-ci trouvent déjà des applications pour la rééducation ou la formation. Elles offrent de nombreuses promesses pour l’imagerie, la planification d’intervention complexes ou encore la collaboration entre spécialistes. Nul doute également que les techniques de Réalité Augmentée trouveront une place dans le monde de la chirurgie, en apportant au médecin des informations pertinentes telles que les données d’imagerie, de planification ou de guidage, en superposition à la scène chirurgicale réelle. Ces évolutions auront bien sûr un impact important sur le patient lui-même, apportant un diagnostic plus précis, des interventions plus fiables, et des temps d’hospitalisation réduits. Elles vont dans le sens d’une médecine plus personnalisée, où chaque étape de la prise en charge du patient sera optimisée en fonction de ses particularités individuelles.

Quels sont les projets, en lien avec ces avancées, chez b<>com ?

Dans le laboratoire « Médecine Augmentée », nous menons plusieurs projets autour de l’analyse d’images, notamment sur la fusion multi-modalité ou le suivi de déformations d’organes en 3D, construits autour de cas d’usage précis. A travers ces projets, notre ambition est de construire des briques technologiques génériques qui pourront trouver des domaines d’applications variés. Nous nous intéressons également au geste chirurgical sous divers angles tels que l’annotation de vidéos, le guidage d’outils, le repérage 3D d’objets ou d’organes et la réalité augmentée, via des technologies dans lesquelles le laboratoire a acquis une forte expertise.

Grâce aux expertises et technologies développées dans les deux autres domaines « hypermédia » et « réseau & sécurité », le modèle unique de b<>com offre de nombreuses perspectives de projets appliqués à la santé.